OMPHALOCELE, EXSTROPHIE VESICALE ET IMPERFORATION ANALE : OBSERVATION CLINIQUE

Boumas Otsobi N1,2, Mpira Y1,2, Mayombo K1,2, Angue M1,2, Ramaherimamonjy F, Ondo ndong F1,2

1. Service de Chirurgie du Centre Hospitalier Universitaire de Libreville, Gabon
2. Département de Chirurgie Université des Sciences et de la Santé, Libreville, Gabon

Correspondance : Dr Natacha BOUMAS ; Tel (+241) 04 31 54 95 ; Courriel : natacha_boumas@yahoo.fr

 

RESUME

Objectif: L’association d’un omphaloèle, d’une exstrophie vésicale et d’une imperforation anale est rare. Nous rapportons le cas d’un nouveau-né ayant présenté ce syndrome et les difficultés de prise en charge thérapeutique de celui-ci dans notre contexte.
Observation : Il s’agit d’un nouveau-né à terme de sexe masculin, né eutociquement. L’examen clinique retrouvait un bébé rose avec des signes vitaux dans les normes. Il présentait les malformations visibles suivantes : une omphalocèle de 8 cm de diamètre, une exstrophie cloacale avec deux hémi-vessies exstrophiées séparées par le caecum éversé, une malformation ano rectale, un pénis en 2 hémiparties et un pied bot varus équin gauche. L’intervention a consisté en une laparotomie exploratrice. Le bilan préopératoire retrouvait une anémie à 13.8g/dl ainsi qu’une persistance du canal artériel avec insuffisance diastolique ventriculaire gauche. Les gestes opératoires ont consisté en l’exérèse de la membrane de l’omphalocèle, le décollement de l’appendice et la séparation par résection de l’iléon terminal à la plaque vésicale. Dans un second temps, nous avons procédé à la fermeture de la plaque vésicale et du rapprochement du pubis. Une stomie a été réalisée au niveau du caecum avec conservation de l’appendice. Une traction des deux membres inférieurs a été placée en fin d’intervention. L’enfant est décédé à J2 post opératoire.
Conclusion : Le complexe OEIS est un syndrome rare, d’étiologie inconnue et de très mauvais pronostic. Cette observation illustre les difficultés rencontrées à poser le diagnostic prénatal et à prendre en charge ces patients.

Mots clés : Omphalocèle, exstrophie cloacale, malformation anorectale, pronostic

Lire la suiteOMPHALOCELE, EXSTROPHIE VESICALE ET IMPERFORATION ANALE : OBSERVATION CLINIQUE

MALADIE DE BEHÇET AVEC ATTEINTE SYSTEMIQUE

Lamini N’Soundhat NE1, Nganga Ngabou CGF2, Mimiesse JF3, Nkouala-Kidede D1, Akoli Ekoya O1, Omboumaou Bakale FE1, Ntsiba H1

1- Service de Rhumatologie, Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville (Université Marien NGOUABI), Brazzaville (Congo)
2- Service d’Ophtalmologie, Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville, (Université Marien NGOUABI), Brazzaville (Congo)
3- Service de Gastro-entérologie et Médecine interne, Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville (Université Marien NGOUABI), Brazzaville (Congo)

Auteur/ correspondant :
Norbert Edgard LAMINI N’SOUNDHAT
Médecin rhumatologue, service de Rhumatologie (Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville, Congo) ; Assistant Hospitalo-universitaire (Université Marien NGOUABI de Brazzaville, Congo).
Email : nlamini@yahoo.fr

 

RESUME

But : Nous rapportons un cas de maladie de Behçet avec atteinte systémique survenue chez un patient mélanoderme congolais.
Observation : homme de 44 ans, sans antécédent particulier, référé en juillet 2012 par le service d’Hépato-Gastroentérologie du Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville après y avoir séjourné durant 2 semaines pour douleurs abdominales, fièvre et méléna compliqué d’une anémie sévère. Il a été admis dans notre service pour des douleurs rhizoméliques pelviennes, de rythme inflammatoire, fugaces (poussée de 4-5 jours), migratrices, impotentes et persistant malgré une corticothérapie à 20mg/j, accompagnant la symptomatologie initiale. A l’admission, le patient était fébrile à 38°5c, douloureux aux deux hanches, surtout à droite. Il existait associée à une aphtose buccale. Il existait un syndrome inflammatoire biologique (CRP à 48,83 mg/l, anémie à 10,3 g/dl normochrome normocytaire). Les bilans infectieux (hémocultures, ECBU, HIV, AgHbS, Ac Anti HVB/C et TPHA/VDRL) et auto immun (AAN, DNA natif, complément sérique, FR, AcAntiCCP) étaient normaux. Le typage HLA B27 n’a pu être réalisé. Les radiographies articulaires étaient sans particularité. La mise sous colchicine a permis d’obtenir une régression initiale spectaculaire, puis une évolution émaillée de poussées articulaires et d’aphtes par inobservance thérapeutique. En septembre 2012, installation d’une insuffisance cardiaques globale en rapport avec une(cardiomyopathie dilatée hypokinétique, puis 2 ans après, une cécité complète de l’oeil gauche compliquant une uvéite bilatérale. la mise sous cyclophosphamide a permis de stabiliser le patient.
Conclusion : La maladie de Behçet est une vascularite systémique rare chez le mélanoderme. L’association d’une polyarthrite chronique et d’une aphtose doit amener à y penser.

Mots clés : Behçet, Arthrite, HLA B27, atteinte systémique

Lire la suiteMALADIE DE BEHÇET AVEC ATTEINTE SYSTEMIQUE

SYNDROME SAPHO : PREMIERE DESCRIPTION CHEZ LE NOIR AFRICAIN AU GABON ET EVOLUTION A SIX ANS

Missounga L¹, Iba ba J¹, Ntsame Ngoua S¹, Nziengui Madjinou MIC¹, Nseng Nseng IR¹, Traoré S², Ella Ondo T³, Moussavou Kombila JB¹, Boguikouma JB¹.

1. Service de Médecine interne, CHU de Libreville – Université des Sciences de la Santé. BP 2228 Libreville, Gabon.
2. Service d’oncologie et médecine nucléaire, Institut de Cancérologie de Libreville – CHU d’Agondjé. BP 23798 Libreville, Gabon.
3. Service d’imagerie médicale, HIAOBO, BP 20404 Libreville Gabon.

Auteur correspondant : Dr Missounga Landry, Maître-Assistant de Rhumatologie, département de Médecine interne et spécialités médicales, FMSS-USS Libreville, Gabon. BP 8696 Libreville Gabon, tél (241) 06 40 50 60. E mail : lmissounga6@gmail.com.

 

RESUME

Le syndrome SAPHO est une entité bien reconnue à ce jour à travers des séries d’observations dans la littérature provenant majoritairement de populations asiatiques et caucasiennes. Il y a peu de cas publiés chez le sujet noir en Afrique subsaharienne. Nous rapportons le premier cas de la maladie au Gabon chez un patient noir de 59 ans. Il avait consulté pour tuméfaction douloureuse inflammatoire récurrente du sternum 9 mois auparavant, accompagnée d’une acné sévère du visage. L’association clinico-morphologique d’éléments rhumatologiques (ostéoarthrites sternoclaviculaires et sternocostales, hyperostose manubriosternale d’aspect scintigraphique en « tête de taureau ») et dermatologiques (acné kystique du visage, pustulose plantaire) s’avérait caricaturale de la maladie dans sa forme complète. Après échec des traitements de première ligne incluant le méthotrexate, douze perfusions de Zolédronate ont été nécessaires pour obtenir la rémission clinique persistant encore six ans après lediagnostic. En conclusion : le syndrome SAPHO est rare chez le noir africain. Son diagnostic reste clincomorphologique conformément à son acronyme et son traitement non encore bien codifié.

Mots clés : SAPHO, noir africain, acide zolédronique.

Lire la suiteSYNDROME SAPHO : PREMIERE DESCRIPTION CHEZ LE NOIR AFRICAIN AU GABON ET EVOLUTION A SIX ANS

CYTOSTEATONECROSE NEONATALE : A PROPOS DE DEUX OBSERVATIONS A LIBREVILLE GABON

Kuissi Kamgaing E1,3,4, Minto’o Rogombe S3, Moussirou G1,2,4, Adjovi V4, Koko J3, Ategbo S1,3

1. Service de pédiatrie, Centre hospitalo-universitaire d’Angondjé, Akanda-Gabon
2. Service dermatologie Centre hospitalo-universitaire d’Angondjé, Akanda-Gabon
3. Département de Pédiatrie, Faculté de Médecine de Libreville, BP 4009 Gabon
4. Polyclinique Chambrier, BP 2230 Gabon Libreville-Gabon

Auteur correspondant : Kuissi Kamgaing Eliane ; Tel : 07023971/06566722 ; Email : e.kuissi@gmail.com

 

RESUME

Introduction : La cytostéatonécrose du nouveau-né est une hypodermite aigue survenant lors des premières semaines de vie, le plus souvent dans un contexte de souffrance tissulaire chez le nouveau-né à terme ou post terme. Son évolution bégnine, peut se compliquer et engager le pronostic vital. Nous rapportons deux observations de cytostéatonécrose donc l’un a évolué fatalement.
Patient 1 : nouveau-né, sexe masculin, né à 40SA+3J dans un contexte d’asphyxie périnatale nécessitant une réanimation néonatale pendant 15 min. A l’admission on note une encéphalopathie de stade III de Sarnat. Il est mis sous protocole hypothermie et anticonvulsivant. Au 9ème jour d’hospitalisation apparait un placard érythémato-nodulaire, douloureux localisé au niveau du flanc gauche, de la région fessière et de la cuisse gauche en rapport avec une cytostéatonécrose. Le bilan calcique restait normal. A J39 de vie il est ré hospitalisé pour une abcédation secondaire à une surinfection après scarification traditionnelle par le Staphylocoque aureus résistant à laméthicilline. Il décède à J41 de vie dans un tableau de choc septique.
Patient 2 : nouveau-né, sexe masculin, né à 38 SA+5J, issu d’une mère homozygote SS, dans un contexte de fièvre maternelle, de liquide amniotique teinté et d’Apgar à 5 à la 1ère min. il est hospitalisé pour prise en charge d’une infection materno-foetale à Klebsiella oxytoca. Il présente à J10 d’hospitalisation, un placard érythématonodulaire induré localisé au niveau du dos, de la partie inférieure du flanc gauche, de la fesse gauche et de tiers supérieur de la cuisse gauche en rapport avec une cytostéatonécrose d’évolutionfavorable.
Conclusion : la cytostéatonécrose, rarement rencontrée est le plus souvent méconnu et n’est pas toujours une affection bénigne.

Mots-clés : cytostéatonécrose, surinfection, érythème, inflammation, nouveau-né

Lire la suiteCYTOSTEATONECROSE NEONATALE : A PROPOS DE DEUX OBSERVATIONS A LIBREVILLE GABON

CANCERS PRIMAIRES DE L’APPENDICE. A PROPOS DE 2 CAS OBSERVES A LIBREVILLE

Bayonne Manou L1, Koumbadinga Abdull G2, Mabika B2, Nguizi Ogoula S2, Ezinah Nze Nguema F2

1. Département de Chirurgie Générale, Centre Hospitalier Universitaire d’Angondjé (CHUA), Libreville.
2. Département d’Anatomie Pathologie, Faculté de Médecine de l’Université des Sciences de la Santé (USS), Libreville.

Tirés à part : Dr Bayonne Manou Louis ; Tel : (00241) 06 24 98 35 /07 14 17 12 ;
Email : bayonnemanou@yahoo.fr

Résumé

Nous rapportons les dossiers de deux patients qui ont consulté pour des douleurs aigues de la fosse iliaque droite situées au point de Mac Burney. Elles étaient associées à une hyperthermie non chiffrée. Le diagnostic d’appendicite aigue était retenu. Les patients ont bénéficié d’une simple appendicectomie. Les résultats d’anatomo – pathologie mettaient en évidence chez une femme de 20 ans, une tumeur carcinoïde de 7 mm située à la pointe de l’appendice et chez un homme de 66 ans, un adénocarcinome invasif moyennement différencié de l’appendice et de son méso. Aucune information n’a été obtenue en post opératoire sur ces deux patients.

Mots clés : Appendicectomie, Cancer appendice, Histologie

Lire la suiteCANCERS PRIMAIRES DE L’APPENDICE. A PROPOS DE 2 CAS OBSERVES A LIBREVILLE

AUTOMUTILATION PENIENNE SUR TERRAIN PSYCHOTIQUE: A PROPOS DE 4 CAS

Massande Mouyendi J1, Ndang Ngou Milama S2, Mougougou11 A, Nguema Asseko B2, Bayonne Manou S2

1 : Service d’urologie, Centre Hospitalier Universitaire de Libreville (Gabon)
2 : Service de Chirurgie et spécialités, Centre Hospitalier Universitaire d’Angondje (Gabon)
Correspondance : Dr NDANG NGOU MILAMA Steevy ; BP : 18027 Libreville
E-mail : nnmsteevy@gmail.com; Tél : (00241) 04923283

 

RESUME

Introduction : l’automutilation génitale est une situation rare en urologie. Elle survient le plus souvent dans un contexte psychiatrique ou à la suite d’un abus d’alcool ou de drogues. L’objectif de ce travail était de présenter les aspects cliniques et thérapeutiques de quatre cas d’automutilations péniennes pris en charge dans notre service.
Observation : nous rapportons quatre cas d’automutilation génitale. Les patients étaient âgés de 28, 53, 19 et 26 ans. Il s’agissait de deux cas d’amputation de verge, un cas de strangulation pénienne et un cas de mise en place de corps étranger dans l’urètre.
Conclusion : l’automutilation pénienne est une urgence urologique. Cependant la prise en charge psychiatrique demeure tout aussi importante afin d’éviter la récidive.
Mots clés :

Lire la suiteAUTOMUTILATION PENIENNE SUR TERRAIN PSYCHOTIQUE: A PROPOS DE 4 CAS

ROUGEOLE NOSOCOMIALE A PROPOS DE 3 OBSERVATIONS CHEZ DES INTERNES DE PEDIATRIE A LIBREVILLE – GABON

E. Kuissi Kamgaing1,2, S. Minto’o2, Ekeghe N1, M. Mimbila Mayi2, J. Koko2, S. Ategbo1,2

1. Service de Pédiatrie CHU d’Angondjé. Akanda – Gabon
2. Département de pédiatrie Faculté de Médecine de Libreville, BP 4009 Libreville Gabon.

Auteur correspondant : Kuissi Kamgaing Eliane ; Tel : 07023971 / 06566722 ; Email : e.kuissi@gmail.com

 

RESUME

Introduction : La rougeole est une maladie virale grave, extrêmement contagieuse qui reste fréquente dans de nombreux pays du monde et constitue l’une des causes importantes de décès du jeune enfant alors qu’il existe un vaccin sûr et efficace. Traditionnellement décrite comme une maladie infantile, on observe actuellement un nombre anormalement élevé de rougeole chez les jeunes adultes, et le personnel médical n’est pas épargné. Nous décrivons 3 observations de rougeole chez des internes de pédiatrie.

Observation : trois internes de pédiatrie, âgés respectivement de 28, 27 et 26 ans, immunocompétents et insuffi- samment vaccinés contre la rougeole, ont présenté un tableau clinique caractéristique de la rougeole. Tous étaient contaminés à l’hôpital. L’évolution était marquée par l’apparition des complications à type de troubles neurologiques chez un étudiant et de troubles visuels chez les deux autres.

Conclusion : La réémergence de la rougeole nous interpelle sur la qualité de la vaccination en particulier sur l’importance de la seconde dose.

Mots – clés : adulte – Gabon –Libreville – nosocomiale – rougeole.

Lire la suiteROUGEOLE NOSOCOMIALE A PROPOS DE 3 OBSERVATIONS CHEZ DES INTERNES DE PEDIATRIE A LIBREVILLE – GABON