PRISE EN CHARGE D’UNE PLAIE VESICALE AU COURS D’UNE CESARIENNE A PROPOS D’UN CAS A L’HIA OBO

Olagui SG1, Mpiga E2, Mpiga Ekambou L2, Nsa Bidzo M1, Ngou Mve Ngou JP3

(1) Service d’urologue et viscérale- Hôpital d’Instruction des Armées Omar Bongo Ondimba (HIAOBO)
(2) Service de gynécologie et obstétrique- Hôpital d’Instruction des Armées Omar Bongo Ondimba (HIAOBO)
(3) Service de gynécologie et obstétrique-Centre Hopsito Universitaire de Libreville (CHUL)

Auteur correspondant : OLAGUI Smith Giscard, tel : +241 66041229, mail : golagui@icloud.com. BP : 20400,
Libreville

 

Résumé

Introduction : Les plaies vésicales sont des complications classiques de la chirurgie gynéco-obstétricale. Elles restent rares vus le nombre considérable d’interventions pratiquées. L’efficacité des traitements est directement proportionnelle à la précocité du diagnostic. Le diagnostic per opératoire permet la réparation directe de ces lésions. Le traitement reste la chirurgie. Notre objectif est de présenter notre prise en charge en urgence, du diagnostic au traitement.
Observation : Nous rapportons un cas de prise en charge en urgence d’une plaie vésicale avec atteinte du trigone et des ostiums méatiques, au cours d’une césarienne indiquée pour placenta prævia sur utérus bi – cicatricielle, chez une patiente de 37 ans G4P3, dont deux césariennes, BMI 28. Le diagnostic a été posé en per opératoire immédiatement en post extraction foetale. La réparation a été réalisé dans le même temps opératoire. Les suites ont été simples, aucune fistule urinaire n’a été retrouvée.
Conclusion: Les plaies de vessie sont rares, mais source de morbité et de mortalité post opératoire. Le diagnostic doit êtrte immédiat et le traitement dans le même temps.

Mots clés: césarienne – plaie – vessie

Lire la suitePRISE EN CHARGE D’UNE PLAIE VESICALE AU COURS D’UNE CESARIENNE A PROPOS D’UN CAS A L’HIA OBO

PANORAMA DES CANCERS DIGESTIFS AU SERVICE D’HEPATO-GASTROENTEROLOGIE DU CHU DE LIBREVILLE.

Maganga Moussavou IF, Itoudi Bignoumba PE, Saïbou M, Mbounja M, Eyi Nguema AG, Nsegue Mezui A,
Nzouto PD, Engoang AA, Moussavou Kombila JB.

Service d’Hépatologie Gastroentérologie et Endoscopie Digestive ˗ CHU de Libreville.

Auteur correspondant : Dr Maganga-Moussavou Inès-Flore ; BP : 7256 Libreville ;
Tél. : + 241 66062642/+241 74520710 ; E.mail : inesmaganga@hotmail.fr

 

Résumé

Introduction : L’Afrique connait ces 20 dernières années, une flambée des cancers digestifs. Le Gabon, avec 3 cancers digestifs parmi les cancers les plus fréquents en 2020 confirme cette émergence pathologique.
L’objectif de cette étude était de déterminer le profil épidémiologique du cancer au service d’Hépatogastroentérologie du CHU de Libreville.
Matériel et Méthodes : Il s’agissait d’une étude rétrospective, de janvier 2017 à décembre 2019, au service d’Hépato gastroentérologie du CHU de Libreville. Nous avions inclus tous les patients chez qui le diagnostic de cancer digestif avait été posé pendant cette période. Les données épidémiologiques, cliniques, paracliniques et évolutives avaient été recueillies sur des fiches standardisées. L’analyse statistique avait été réalisée grâce aux logiciels Excel 2020 et Epi info 7.2.
Résultats : Sur un total de 1788 patients hospitalisés, nous avions recensé 84 cas de cancers digestifs, soit une fréquence hospitalière de 4,7%. Cette fréquence hospitalière par année était de 2,5% en 2017 ; de 3,7% en 2018 et de 7,1% en 2019. Parmi ces 84 cas, il y avait 51 hommes et 33 femmes, soit un sex-ratio de 1,5. L’âge moyen était de 56 ans avec des extrêmes de 31 et 84 ans.
Le cancer primitif du foie représentait 34%, suivi du cancer de l’estomac 20% et du cancer colorectal 20%. Ils étaient métastasés dans 73,1% des cas. Une prise en charge oncologique avait été initiée chez 36,9% des patients.
Nous avions enregistré 50% de décès dans le mois du diagnostic.
Conclusion : La fréquence hospitalière des cancers digestifs est croissante dans notre service. Ils touchent les hommes de 56 ans d’âge moyen. Le diagnostic tardif est responsable d’un pronostic sombre.

Mots clés : cancer digestif, hépatocarcinome, cancer gastrique.

Lire la suitePANORAMA DES CANCERS DIGESTIFS AU SERVICE D’HEPATO-GASTROENTEROLOGIE DU CHU DE LIBREVILLE.

ANEVRISME DE L’AORTE SUR MALADIE DE MARFAN CHEZ UN SUJET JEUNE. A PROPOS D’UN CAS DIAGNOSTIQUE AU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE.

Ndoume Obiang F1,2, Akagha Konde C2, Ayo Bivigou E1,2

1- Service de Cardiologie du Centre Hospitalier Universitaire de Libreville
2- Université des Sciences de la Santé de Libreville (Gabon)

Correspondance: Docteur Francis Ndoume Obiang, téléphone:(241) 66 14 47 59;
E-mail: ndoume_francis@yahoo.fr

 

Résumé

Nous rapportons le cas clinique d’un patient de sexe masculin âgé de 38 ans présentant un anévrisme de l’aorte thoracique évoqué à l’examen échocardiographique et confirmé par la tomodensitométrie thoracique à l’occasion d’un bilan d’investigation d’une douleur thoracique. Le bilan à visée étiologique utilisant un test génétique a mis en évidence une maladie de Marfan. Le patient a bénéficié d’un remplacement complet de l’aorte ascendante avec conservation de la valve aortique. Les suites opératoires se sont avérées favorables. Dans le contexte africain, la découverte d’un anévrisme de l’aorte devrait rendre systématique la réalisation d’un bilan génétique chez le patient et au niveau de sa famille.

Mots clés : Anévrisme aortique – Test génétique –Maladie de Marfan- Echocardiographie – Tomodensitométrie -Chirurgie

Lire la suiteANEVRISME DE L’AORTE SUR MALADIE DE MARFAN CHEZ UN SUJET JEUNE. A PROPOS D’UN CAS DIAGNOSTIQUE AU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE.