OMPHALOCELE, EXSTROPHIE VESICALE ET IMPERFORATION ANALE : OBSERVATION CLINIQUE

Boumas Otsobi N1,2, Mpira Y1,2, Mayombo K1,2, Angue M1,2, Ramaherimamonjy F, Ondo ndong F1,2

1. Service de Chirurgie du Centre Hospitalier Universitaire de Libreville, Gabon
2. Département de Chirurgie Université des Sciences et de la Santé, Libreville, Gabon

Correspondance : Dr Natacha BOUMAS ; Tel (+241) 04 31 54 95 ; Courriel : natacha_boumas@yahoo.fr

 

RESUME

Objectif: L’association d’un omphaloèle, d’une exstrophie vésicale et d’une imperforation anale est rare. Nous rapportons le cas d’un nouveau-né ayant présenté ce syndrome et les difficultés de prise en charge thérapeutique de celui-ci dans notre contexte.
Observation : Il s’agit d’un nouveau-né à terme de sexe masculin, né eutociquement. L’examen clinique retrouvait un bébé rose avec des signes vitaux dans les normes. Il présentait les malformations visibles suivantes : une omphalocèle de 8 cm de diamètre, une exstrophie cloacale avec deux hémi-vessies exstrophiées séparées par le caecum éversé, une malformation ano rectale, un pénis en 2 hémiparties et un pied bot varus équin gauche. L’intervention a consisté en une laparotomie exploratrice. Le bilan préopératoire retrouvait une anémie à 13.8g/dl ainsi qu’une persistance du canal artériel avec insuffisance diastolique ventriculaire gauche. Les gestes opératoires ont consisté en l’exérèse de la membrane de l’omphalocèle, le décollement de l’appendice et la séparation par résection de l’iléon terminal à la plaque vésicale. Dans un second temps, nous avons procédé à la fermeture de la plaque vésicale et du rapprochement du pubis. Une stomie a été réalisée au niveau du caecum avec conservation de l’appendice. Une traction des deux membres inférieurs a été placée en fin d’intervention. L’enfant est décédé à J2 post opératoire.
Conclusion : Le complexe OEIS est un syndrome rare, d’étiologie inconnue et de très mauvais pronostic. Cette observation illustre les difficultés rencontrées à poser le diagnostic prénatal et à prendre en charge ces patients.

Mots clés : Omphalocèle, exstrophie cloacale, malformation anorectale, pronostic

Lire la suiteOMPHALOCELE, EXSTROPHIE VESICALE ET IMPERFORATION ANALE : OBSERVATION CLINIQUE

MALADIE DE BEHÇET AVEC ATTEINTE SYSTEMIQUE

Lamini N’Soundhat NE1, Nganga Ngabou CGF2, Mimiesse JF3, Nkouala-Kidede D1, Akoli Ekoya O1, Omboumaou Bakale FE1, Ntsiba H1

1- Service de Rhumatologie, Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville (Université Marien NGOUABI), Brazzaville (Congo)
2- Service d’Ophtalmologie, Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville, (Université Marien NGOUABI), Brazzaville (Congo)
3- Service de Gastro-entérologie et Médecine interne, Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville (Université Marien NGOUABI), Brazzaville (Congo)

Auteur/ correspondant :
Norbert Edgard LAMINI N’SOUNDHAT
Médecin rhumatologue, service de Rhumatologie (Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville, Congo) ; Assistant Hospitalo-universitaire (Université Marien NGOUABI de Brazzaville, Congo).
Email : nlamini@yahoo.fr

 

RESUME

But : Nous rapportons un cas de maladie de Behçet avec atteinte systémique survenue chez un patient mélanoderme congolais.
Observation : homme de 44 ans, sans antécédent particulier, référé en juillet 2012 par le service d’Hépato-Gastroentérologie du Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville après y avoir séjourné durant 2 semaines pour douleurs abdominales, fièvre et méléna compliqué d’une anémie sévère. Il a été admis dans notre service pour des douleurs rhizoméliques pelviennes, de rythme inflammatoire, fugaces (poussée de 4-5 jours), migratrices, impotentes et persistant malgré une corticothérapie à 20mg/j, accompagnant la symptomatologie initiale. A l’admission, le patient était fébrile à 38°5c, douloureux aux deux hanches, surtout à droite. Il existait associée à une aphtose buccale. Il existait un syndrome inflammatoire biologique (CRP à 48,83 mg/l, anémie à 10,3 g/dl normochrome normocytaire). Les bilans infectieux (hémocultures, ECBU, HIV, AgHbS, Ac Anti HVB/C et TPHA/VDRL) et auto immun (AAN, DNA natif, complément sérique, FR, AcAntiCCP) étaient normaux. Le typage HLA B27 n’a pu être réalisé. Les radiographies articulaires étaient sans particularité. La mise sous colchicine a permis d’obtenir une régression initiale spectaculaire, puis une évolution émaillée de poussées articulaires et d’aphtes par inobservance thérapeutique. En septembre 2012, installation d’une insuffisance cardiaques globale en rapport avec une(cardiomyopathie dilatée hypokinétique, puis 2 ans après, une cécité complète de l’oeil gauche compliquant une uvéite bilatérale. la mise sous cyclophosphamide a permis de stabiliser le patient.
Conclusion : La maladie de Behçet est une vascularite systémique rare chez le mélanoderme. L’association d’une polyarthrite chronique et d’une aphtose doit amener à y penser.

Mots clés : Behçet, Arthrite, HLA B27, atteinte systémique

Lire la suiteMALADIE DE BEHÇET AVEC ATTEINTE SYSTEMIQUE

SYNDROME SAPHO : PREMIERE DESCRIPTION CHEZ LE NOIR AFRICAIN AU GABON ET EVOLUTION A SIX ANS

Missounga L¹, Iba ba J¹, Ntsame Ngoua S¹, Nziengui Madjinou MIC¹, Nseng Nseng IR¹, Traoré S², Ella Ondo T³, Moussavou Kombila JB¹, Boguikouma JB¹.

1. Service de Médecine interne, CHU de Libreville – Université des Sciences de la Santé. BP 2228 Libreville, Gabon.
2. Service d’oncologie et médecine nucléaire, Institut de Cancérologie de Libreville – CHU d’Agondjé. BP 23798 Libreville, Gabon.
3. Service d’imagerie médicale, HIAOBO, BP 20404 Libreville Gabon.

Auteur correspondant : Dr Missounga Landry, Maître-Assistant de Rhumatologie, département de Médecine interne et spécialités médicales, FMSS-USS Libreville, Gabon. BP 8696 Libreville Gabon, tél (241) 06 40 50 60. E mail : lmissounga6@gmail.com.

 

RESUME

Le syndrome SAPHO est une entité bien reconnue à ce jour à travers des séries d’observations dans la littérature provenant majoritairement de populations asiatiques et caucasiennes. Il y a peu de cas publiés chez le sujet noir en Afrique subsaharienne. Nous rapportons le premier cas de la maladie au Gabon chez un patient noir de 59 ans. Il avait consulté pour tuméfaction douloureuse inflammatoire récurrente du sternum 9 mois auparavant, accompagnée d’une acné sévère du visage. L’association clinico-morphologique d’éléments rhumatologiques (ostéoarthrites sternoclaviculaires et sternocostales, hyperostose manubriosternale d’aspect scintigraphique en « tête de taureau ») et dermatologiques (acné kystique du visage, pustulose plantaire) s’avérait caricaturale de la maladie dans sa forme complète. Après échec des traitements de première ligne incluant le méthotrexate, douze perfusions de Zolédronate ont été nécessaires pour obtenir la rémission clinique persistant encore six ans après lediagnostic. En conclusion : le syndrome SAPHO est rare chez le noir africain. Son diagnostic reste clincomorphologique conformément à son acronyme et son traitement non encore bien codifié.

Mots clés : SAPHO, noir africain, acide zolédronique.

Lire la suiteSYNDROME SAPHO : PREMIERE DESCRIPTION CHEZ LE NOIR AFRICAIN AU GABON ET EVOLUTION A SIX ANS

SEXUALITE PENDANT LA GROSSESSE CHEZ LA FEMME GABONAISE

Bang Ntamack JA¹³, Sima Ole B¹³, Mayi Tsonga S³, Peuwo Zefack AP², Meye JF¹³

1 –Service de Gynécologie obstétrique .Centre Hospitalier et Universitaire d’Angondje. Libreville
2- Service de Gynécologie obstétrique. Centre Hospitalier et Universitaire de Libreville
3- Département de Gynécologie obstétrique. Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé de Libreville. Gabon

Correspondance : Dr Bang Ntamack Jacques Albert
BP : 4816 Libreville, Gabon
Adresse e-mail : bangntamack@yahoo.com

 

RESUME

Introduction : La sexualité durant la grossesse est un sujet peu abordé lors des consultations prénatales avec une restriction des rapports sexuels pendant cette période.
L’objectif de cette étude était d’analyser les connaissances et les pratiques sexuelles de la femme gabonaise pendant la grossesse.
Patientes et méthode : Etude transversale prospective qui s’est déroulée du 1ier décembre 2014 au 31 mai 2015 aux Centres Hospitaliers et Universitaires de Libreville et d’Angondje. Elle a porté sur 252 gestantes ayant accepté de répondre à notre questionnaire. Ce dernier était composé des aspects sociodémographiques des patientes, les notions sur des rapports sexuels et l’activité sexuelle pendant la grossesse.
Résultats : Nous avons retenu 252 gestantes soit 4,7% de l’ensemble des patientes reçues en consultation prénatale. La majorité (82,1%) était chrétienne avec une parité moyenne de 2(extrêmes 0 et 9). Nous avons noté que 95,2% des gestantes ont pensé qu’il était possible d’avoir des rapports sexuels pendant la grossesse et 34,9% ont estimé qu’ils facilitaient l’accouchement par voie basse. Cependant, 25% des patientes ont trouvé que l’acte sexuel pendant la grossesse pouvait entrainer une fausse couche. Nous avons relevé que 36,9% des gestantes ont été informées sur la sexualité pendant la grossesse par un personnel médical et 57,9% ont signalé une baisse de la libido.
Conclusion : La sexualité chez la femme enceinte est une réalité au Gabon. Cependant, nous notons une limitation de certaines pratiques sexuelles liée au risque de fausse couche. Les gestantes sont peu informées sur la sexualité pendant la grossesse.

Mots clés : sexualité, grossesse.

Lire la suiteSEXUALITE PENDANT LA GROSSESSE CHEZ LA FEMME GABONAISE

FISTULE OBSTETRICALE AU GABON : ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES, CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES

Massandé Mouyendi J1, Mougougou A1, Ndang Ngou Milama S2, Mouketou JJ1, Adandé Menest EF1, Gueye SM3

1- Service d’Urologie, Centre Hospitalier Universitaire de Libreville – Gabon
2- Service de chirurgie générale Centre Hospitalier Universitaire d’Angondjé – Gabon
3- Service d’Urologie-Andrologie Hôpital Général de Grand Yoff Dakar-Sénégal.

Correspondance : Dr Adrien MOUGOUGOU ; BP : 16237 Libreville
E-mail : mougougouadrien@yahoo.fr; Tél : (00241) 04893973

 

RESUME

Introduction : La fistule obstétricale (FO) demeure un problème de santé publique dans les pays pauvres. Sa prise en charge requiert un acte chirurgical réparateur avec des taux de guérison variant de 80% à 86% dans la littérature. L’objectif de notre travail était d’étudier les aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques de la FO au Gabon.
Patientes et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive qui a porté sur 31 patientes opérées pour fistules obstétricales de janvier 2011 à janvier 2016 à Libreville.
Résultats : trente et une patientes ont été inclues. L’âge moyen était de 27,7 ans. La taille moyenne était de 1,46 m. Le statut économique était faible dans 71% des cas. L’accouchement était dystocique dans 96,8% des cas. Cliniquement, il s’agissait d’une fistule simple dans 83,9% des cas. La voie d’abord chirurgicale vaginale était utilisée dans 93,6% des cas. Le taux de succès à 6 mois était de 74,2%.
Conclusion : La FO constitue un problème de santé publique au Gabon mais sa fréquence reste faible. L’accouchement dystocique et le retard à la prise de décision par le personnel soignant prédominent dans la survenue d’une FO chez nos patientes.

Mots clés : Fistule Obstétricale, épidémiologie, clinique, thérapeutique.

Lire la suiteFISTULE OBSTETRICALE AU GABON : ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES, CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES

LE PRURIGO STROPHULUS EN CONSULTATION DE DERMATOLOGIE AU CHU D’ANGONDJE AU GABON : ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES ET CLINIQUES

Moussirou-Soumbou G1*, Zoa Assoumou S2, Mourembou G2, Ndjoyi Mbiguino A2

1. Service de Dermatologie, Centre Hospitalo-Universitaire d’Angondje, Libreville, Gabon.
2. Laboratoire National de Référence IST/Sida, Laboratoire National de référence OMS Rougeole, Rubéole et Fièvre jaune, Département de Bactériologie, Virologie, Immunologie et Hématologie fondamentale, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé, Université des Sciences de la Santé, Libreville, Gabon

*Auteur correspondant : soumbou.moussirou@gmail.com
B.P. 2154 Libreville
Tel. 00(241)06118377

 

RESUME

Introduction : le prurigo strophulus, dermatose immuno-allergique est un véritable problème de santé publique au Gabon. Il est responsable des consultations fréquentes chez les enfants en zone tropicale. Bien que de nombreuses études aient été menées dans le monde et en Afrique en particulier, au Gabon, il n’existe aucune donnée scientifique. Ainsi, l’objectif principal de ce travail est de déterminer la prévalence et les aspects épidémiocliniques du prurigo strophulus au CHU d’Angondjé (Gabon). Mais également de décrire les principales complications et de dégager les moyens de prévention.
Matériel et Méthodes : il s’agissait d’une étude rétrospective transversale à visée descriptive et analytique, réalisée dans l’Unité de Dermatologie du Département de Médecine du CHU d’Angondjé au Gabon. Ont été inclus, les patients âgés de 0 à 15 ans présentant un prurigo strophulus diagnostiqué cliniquement.
Résultats et Discussion : Cette étude montre que la prévalence du prurigo strophulus est de 25,1% chez les enfants consultés. La prédominance masculine des cas de prurigo strophulus est nette avec 57,3% (p = 0,02), la localisation au niveau des membres inférieurs est la plus fréquente (39,8%). La principale complication du prurigo est l’impétiginisation (18,4%). Par ailleurs 62,1% des malades avaient un terrain atopique personnel et/ou familial (prédisposition génétique). Le Gabon est un pays équatorial avec une verdure dense et une forte pluviométrie, entrainant une stagnation des eaux, favorable à la multiplication des moustiques et à la pullulation des insectes, agents vecteurs de dermatoses comme le prurigo. Dans cette étude, on observe un pic pendant la grande saison sèche (48,5%) qui correspond à la période où il y a une forte concentration d’eau stagnante. De plus, c’est le temps des vacances scolaires, propice aux jeux des enfants à l’extérieur des habitations.
Conclusion : Le prurigo strophulus reste un problème de santé publique au Gabon. L’éducation de la population,la protection vestimentaire, l’usage des répulsifs et l’assainissement de l’environnement, doivent constituer une préoccupation prioritaire pour les pouvoirs publics.

Mots-clés : Prurigo strophulus, dermatose, prévention, atopie.

Lire la suiteLE PRURIGO STROPHULUS EN CONSULTATION DE DERMATOLOGIE AU CHU D’ANGONDJE AU GABON : ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES ET CLINIQUES

PROFIL ET FACTEURS DE RISQUE DE MORTALITE CHEZ LES NOUVEAU-NES PREMATURES AU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE-GABON

Minko JI1,2, Vierin-Ntsame Y2,3, Luis T1, Wassef Wassef S1, Effame Eya E4, Koko J1,2.

1. Centre Hospitalier Universitaire de Libreville-B.P. 2228-Libreville-Gabon
2. Département de Pédiatrie-Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé-B.P. 4009, Owendo-Gabon
3. Centre Hospitalier Universitaire d’Angondjé-B.P. 23798-Akanda-Gabon
4. Programme National de Lutte contre les Infections Sexuellement Transmissibles et le VIH-SIDA-B.P. 20449-Libreville-Gabon

Correspondance et tirés à part :
Minko Julienne Isabelle ; B.P. 1861 Libreville-Gabon ; Tél: 00-241-07 35 21 28/ 06 59 32 08
E-mail : minko_julienneisabelle@yahoo.fr

 

RESUME

Introduction : la naissance d’un nouveau-né prématuré reste un problème de santé publique.
Objectifs : Cette étude visait à déterminer la fréquence hospitalière de la prématurité, le profil clinique des mères et du nouveau-né prématuré, identifier les facteurs liés à la mortalité et analyser le pronostic afin de contribuer à la réduction de la mortalité dans cette tranche d’âge.
Matériel et Méthodes : l’étude de type rétrospective et descriptive portait sur tous les nouveau-nés prématurés hospitalisés dans le service de réanimation néonatale et néonatologie du Centre Hospitalier Universitaire de Libreville, entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2013. Les données recueillies et a nalysées concernaientles paramètres maternels et néonataux.
Résultats : la fréquence hospitalière des nouveau-nés prématurés était de 43,82%. La plupart des mères avait un âge compris entre 18 et 35 ans. Ces femmes étaient célibataires ou vivaient en union libre, sans emploi, avaient plus de cinq gestes et étaient multipares. Les grossesses étaient bien suivies, uniques et sans pathologie intercurrente. Le lieu d’accouchement était le C.H.U.L, le mode d’accouchement était surtout la voie basse avec une présentation céphalique. La majorité des nouveau-nés prématurés avait un âge gestationnel entre 28 et 32 SA, un poids de naissance entre 1000 et 1499 grammes et un score d’Apgar supérieur ou égal à 7 à la première minute. La détresse respiratoire était la pathologie la plus fréquemment associée. Le taux de mortalité des nouveau-nés était de 50,2%. Parmi les femmes, aucun facteur n’était significativement lié à la mortalité des nouveau-nés. Par contre pour ces derniers, les facteurs significativement liés à la mortalité étaient l’extrême prématurité, un très petit poids de naissance et un score d’APGAR inférieur à 7. Le pronostic de mortalité était significativement lié à l’extrême prématurité, au très petit poids de naissance et à la détresse respiratoire.
Conclusion : le profil clinique du nouveau-né prématuré et des mères est concordant avec la littérature. Dans notre environnement hospitalier, la réduction de la mortalité passe par l’élimination des facteurs d’exposition, avec un accent sur l’éducation des mères et l’extension de la méthode « mère kangourou » pour les nouveau-nés de prématurité moyenne.

Mots clés : prématuré, nouveau-né, facteurs de risque, mortalité.

Lire la suitePROFIL ET FACTEURS DE RISQUE DE MORTALITE CHEZ LES NOUVEAU-NES PREMATURES AU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE-GABON