HYPERTENSION ARTERIELLE AU COURS DES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX ISCHEMIQUES : ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES AU SERVICE DE CARDIOLOGIE DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE

Akagha Konde CP1,2, Ayo Bivigou E1, Ndjibah Alakoua LC1, Ndoume Obiang F1, Mipinda JB1, Allognon MC1, Nyangui Mapaga J3, Mpori JM4, Moubamba F1, Yekini C1, Ngnigone P3, Obame ER2.

(¹) Service de cardiologie, Centre Hospitalier Universitaire de Libreville, Gabon.
(2)Département d’anesthésie-réanimation et des spécialités médicales-CHU d’Owendo.
(3) Service de Neurologie du Centre Hospitalier Universitaire de Libreville
(4)Unité de cardiologie, Centre Hospitalier Universitaire Mère-Enfant Jeanne Ebori, Gabon.

Auteur correspondant : Akagha Konde Christelle P ; Email : akaghakonde@yahoo.fr
Téléphone : +241 66 20 98 97

 

Résumé

Objectif : L’objectif de ce travail était de décrire les aspects épidémiologiques de l’hypertension artérielle chez les patients hospitalisés pour accident vasculaire cérébral ischémique.
Patients et méthodes : Il s’agissait d’une étude rétrospective descriptive et analytique, portant sur l’ensemble des dossiers de patients admis au service de cardiologie du Centre Hospitalier Universitaire de Libreville pour un accident vasculaire cérébral ischémique durant la période allant du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2019. Les données démographiques, cliniques, biologiques et électrocardiographique des patients hypertendus ont été comparées à celles des patients non hypertendus.
Résultats : Au total, 98 dossiers de patients ont été analysés. L’âge moyen était de 59,6±14,7 ans avec des extrêmes de 21 et 96 ans. Le sex ratio était de 0,92. La prévalence de l’hypertension artérielle était de 74,4% (n=73 ; IC 95% : 64,7%-82,8%). Les autres facteurs de risque cardio-vasculaire les plus fréquemment retrouvés chez les hypertendus étaient l’âge avancé (64,4% vs 52,0% ; p=0,14), l’hypercholestérolémie LDL (72,6% vs 48,0%; p=0,01) et le diabète (17,8% vs 0,0% ; p=0,01). L’accident vasculaire cérébral survenait dans un contexte d’arrêt du traitement antihypertenseur dans 63,8% (n=30 ; IC 95% : 48,5%-77,3%) des cas. Il était révélateur de l’hypertension artérielle dans 35,6% (n=26 ; IC 95% : 22,1%-49,1%) des cas. La pression artérielle systolique la plus élevée était à 300 mmHg. La mortalité liée aux AVC ischémiques concernait 11,2% des patients, tous hypertendus (p=0,03).
Conclusion : L’hypertension artérielle est fréquemment associée aux AVC ischémiques au Centre Hospitalier Universitaire de Libreville. Le dépistage, la prise en charge de l’ensemble des facteurs de risque et l’éducation thérapeutique des patients sont indispensables pour diminuer ces évènements vasculaires graves.

Mots clés : hypertension artérielle méconnue – inobservance thérapeutique – accident vasculaire cérébral
ischémique

Lire la suiteHYPERTENSION ARTERIELLE AU COURS DES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX ISCHEMIQUES : ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES AU SERVICE DE CARDIOLOGIE DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE

TRAITEMENT DES PSEUDARTHROSES ASEPTIQUES DE LA DIAPHYSE HUMERALE : INTERET DE L’OSTEOSYNTHESE PAR PLAQUE VISSEE ET GREFFE AUTOLOGUE OSSEUSE

Toure L1, Traoré T1, Haidara DBS2, Hans-Moevi A3

1 Traumatologue, Service d’orthopédie et Traumatologie, Etablissement Hospitalier Publique Sikasso (Mali)
2 Épidémiologiste, Établissement Hospitalier Publique Sikasso (Mali)
3 Traumatologue, Clinique Universitaire de Chirurgie, de Traumatologie, d’Orthopédie et de Chirurgie Réparatrice, Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutougou MAGA de Cotonou (CNHU- HKM)

Auteur Correspondant: Dr Layes TOURE, layestoure@yahoo.fr, service d’orthopédie Traumatologie,
Etablissement Hospitalier Sikasso, BP 82 Sikasso, Mali. Tel : (00223) 76440016/ (00223)66440016

 

Résumé

Introduction: le but de ce travail était d’évaluer les résultats du traitement des pseudarthroses aseptique de la diaphyse humérale par plaque vissée associée à une greffe osseuse.
Patients et Méthodes: Cette étude rétrospective de 5ans, réalisée à l’hôpital de Sikasso a porté sur les pseudarthroses diaphysaires aseptiques de l’humérus traitées et évaluées après un recul minimum de 12 mois. La fracture initiale était classée selon AO et la pseudarthrose selon Cech et Weber. L’ostéosynthèse était faite par une plaque vissée associée à des greffons osseux. Les résultats ont été appréciés par les critères de Steward et Hundley
Résultats: Nous avons inclus 19 patients dont 11 hommes et 8 femmes. L’âge médian était 42 ans. Les fractures initiales les plus fréquentes selon AO étaient A2 dans 7 cas et A3 dans 9 cas. La pseudarthrose siégeait préférentiellement au tiers moyen dans14 cas. Elle était atrophique dans 16 cas. Les complications ont été : l’infection du site opératoire dans 2 cas, le cal vicieux dans 3 cas et un cas échec. La consolidation a été obtenue chez 18 patients dans un délai moyen de 3 mois. Selon le score de Steward et Hundley les résultats étaient excellents dans 15 cas, bons dans 2 cas, moyen dans un cas et mauvais dans un autre cas.
Conclusion: L’ostéosynthèse par plaque et la greffe osseuse restent une excellente technique de traitement des pseudarthroses de l’humérus. Elle nous a permis d’obtenir la consolidation chez18 patients et un résultat thérapeutique excellent dans 15 cas.

Mots clefs : Complications, fracture, humérus, compression

Lire la suiteTRAITEMENT DES PSEUDARTHROSES ASEPTIQUES DE LA DIAPHYSE HUMERALE : INTERET DE L’OSTEOSYNTHESE PAR PLAQUE VISSEE ET GREFFE AUTOLOGUE OSSEUSE

TRAUMATISMES GRAVES DE LA MAIN ET DU POIGNET PAR MACHINE BATTEUSE A L’HOPITAL DE MOPTI.

Traoré T1, Touré L1, Dassana M2, Coulibaly BS1, Niang M1, Hans-Moevi A.3

1 Service d’Orthopédie-Traumatologie, Etablissement Hospitalier Publique Sikasso (Mali)
2 Service d’Orthopédie-Traumatologie, Etablissement Hospitalier Publique de Mopti (Mali)
3 Service d’Orthopédie-Traumatologie CNHU-HKM de Cotonou (Benin)

Correspondant :*Service d’orthopédie et Traumatologie, Etablissement Hospitalier Publique Sikasso : BP 82 ;
Fax : + 223 21622206 / Tel : +223 21620001 ; ternatraore152@gmail.com / terna.traore@yahoo.fr ; Mobile :
(223)79491342 / 66066943

 

Résumé

Objectif : Rapporter et partager notre expérience de prise en charge de 19 cas de traumatismes graves de la main et du poignet reçus et opérés dans le service de chirurgie dans un hôpital de deuxième référence.
Patients et Méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée sur une période de 2 ans, colligeant 19 cas de traumatismes graves de la main et du poignet traités à l’hôpital de Mopti tous reçus dans le cadre de l’urgence. Le bilan lésionnel complet a été apprécié au bloc opératoire, les plaies ont été classées selon Gustilo-Anderson et les amputations réalisées en urgence ont été appréciées selon le score de MESS. Le traitement était essentiellement chirurgical. La rééducation était systématiquement prescrite et le résultat du traitement a été apprécié par l’indice de Kapandji.
Résultats : L’âge moyen des patients était de 26,7 ans (13 et 59 ans) avec une prédominance masculine (84%). Les cultivateurs étaient concernés dans 63% et il s’agissait d’un accident de travail dans 74%. Les patients étaient droitiers dans 84% des cas et les lésions siégeaient à droite dans 95 %. Les fractures ouvertes représentaient 89% et l’embrochage réalisé dans 52% des cas. Selon Gustilo-Anderson, le type IIIb représentaient 68%, le type IIIc 16% et le type IIIa 5%, nous avons réalisé 16% d’amputation en urgence avec un score de MESS entre 8 et 9, , selon l’indice de Kapandji, les résultats ont été estimés excellents chez 6 patients, bons chez 10 patients et mauvais chez 3 patients.
Conclusion : Les traumatismes graves de la main et poignet atteignent les sujets jeunes actifs et travailleurs manuels, souvent causés par des accidents de travail sources de fractures ouvertes et d’amputations traumatiques majeures. Ces traumatismes étant saisonnier les mesures de protection doivent être renforcées avant le début de la récolte afin de minimiser ces lésions.

Mots clés : Traitement – Traumatismes graves main et poignet – Machine batteuse

Lire la suiteTRAUMATISMES GRAVES DE LA MAIN ET DU POIGNET PAR MACHINE BATTEUSE A L’HOPITAL DE MOPTI.

FACTEURS PRONOSTIQUES DU TETANOS A ABIDJAN DE 2015-2018, COTE D’IVOIRE

Adama D1,2, Mossou MC1,21,2, Moutarda WD1,2, Bafong S1,2. Tanon KA1,2, Eholie SP1,2.

1. Service des Maladies Infectieuses et Tropicales du Centre Hospitalier et Universitaire (CHU) de Treichville,
Abidjan, Côte d’Ivoire.
2. Unité Pédagogique de Dermatologie-Infectiologie, Département de Médecine et spécialités Médicales, Unité de Formation et de Recherche des Sciences Médicales, Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Abidjan, Côte d’Ivoire.

Auteur correspondant : Dr Adama Doumbia
Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Centre Hospitalier Universitaire de Treichville, Abidjan, Côte d’Ivoire, BP V3, Abidjan, Côte d’Ivoire ; Téléphone : +225 0707938209 ; E-mail : adumbia@yahoo.fr

 

Résumé

Objectif : Identifier les facteurs pronostiques du tétanos chez les malades hospitalisés au Service des Maladies Infectieuses et Tropicales (SMIT) du CHU de Treichville de 2015 à 2018.
Matériel et Méthodes : Nous avons réalisé une étude rétrospective à partir des dossiers médicaux des patients hospitalisés pour tétanos de 2015 à 2018. Le score pronostic de Dakar a été établi à partir des paramètres suivants : délai d’incubation, délai d’invasion, porte d’entrée, présence ou non de paroxysmes, température, pouls. A ce score, les variables explicatives suivantes ont été rajoutées notamment un sepsis, une détresse respiratoire. Nous avons fait un modèle de régression logistique en analyse univariée qui a permis d’identifier les facteurs associés au décès.
Résultats : Sur 4 ans, 200 patients ont été hospitalisés pour tétanos avec une prédominance masculine (85,0%) et un sex ratio H/F = 5,7. Les patients étaient des ouvriers dans 78 cas (39,0%). Nous avons noté une absence de couverture vaccinale antitétanique chez 111 patients (55,5%). La proportion des cas de tétanos généralisé était considérable (97,0%). Au total, 63 patients sont décédés (31,5%). En analyse univariée, les facteurs significativement associés aux décès étaient une porte d’entrée cotée à 1, les paroxysmes subintrants, la survenue de complications, un sepsis, et une détresse respiratoire. Une vaccination antitétanique complète et la réalisation d’une deuxième dose intra-rachidienne de sérum antitétanique sont apparues comme des facteurs protecteurs.
Conclusion : Nous avons retrouvé de nouveaux facteurs pronostiques différents de ceux du score de Dakar. Il est d’une impérieuse nécessite de revisiter les variables contenues dans ce score de Dakar, en y adaptant la prise en charge thérapeutique à la sévérité du tableau clinique.

Mots clés : Tétanos – Mortalité –Complications – Afrique

Lire la suiteFACTEURS PRONOSTIQUES DU TETANOS A ABIDJAN DE 2015-2018, COTE D’IVOIRE

INDICATIONS ET RESULTATS DE LA MISE EN PLACE D’ENDOPROTHESES URETERALES TYPE JJ DANS 2 CENTRES HOSPITALIERS UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE.

Ndang Ngou Milama S1,2, Mougougou A1,2, Mbethe D1, Bayonne Manou S3, Massande Mouyendi J1,2

1 : Service d’urologie du CHU de Libreville.
2: Département de Chirurgie et Spécialités Chirurgicales de l’Université des Sciences de la Santé de Libreville (USS).
3 : Service de chirurgie générale du CHU de Libreville.

Correspondant: Dr Ndang Ngou Milama Steevy
Tel: +24174923283, nnmsteevy@gmail.com.

 

Résumé :

Objectif : Le but de notre travail était d’étudier les indications et les résultats de la pose de sonde JJ dans 2 CHU de Libreville.
Patients et méthodes : il s’agissait d’une étude bicentrique rétrospective et descriptive portant sur les seules indications opératoires de mise en place d’une sonde JJ, en dehors de toute autre chirurgie. La période d’étude allait de janvier à décembre 2017.
Résultats : 54 dossiers ont été colligés sur la période d’étude. L’âge moyen était de 50,6 ans avec des extrêmes de 18 et 83 ans. Les femmes étaient au nombre de 36, représentant 66,7% des patients, soit un sex ratio de 0,5. La montée de sonde JJ concernait le côté gauche dans 33,3% des cas et le côté droit dans 20,4% des cas. Elle était bilatérale dans 46,3% des cas. L’urétérohydronéphrose était la principale indication de montée de sonde jj (98,2% des cas). Le cancer du col de l’utérus représentait la pathologie la plus fréquente avec 46,3% (n=25) des cas suivi des calculs obstructifs (29,6%, n=16).
Conclusion : La montée de sonde JJ est un acte peu invasif qui permet de préserver la fonction rénale. Sa réalisation peut être difficile dans le contexte tumoral comme dans notre étude où la principale indication de montée de sonde jj était due à une urétérohydronéphrose sur cancer. Cependant lorsque la sonde est bien mise en place, elle constitue une étape importante dans la prise en charge urologique du patient.

Mots clés: sonde JJ, urétérohydronéphrose, indication.

Lire la suiteINDICATIONS ET RESULTATS DE LA MISE EN PLACE D’ENDOPROTHESES URETERALES TYPE JJ DANS 2 CENTRES HOSPITALIERS UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE.

ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES, CLINIQUES ET EVOLUTIFS DU SYNDROME NEPHROTIQUE IDIOPATHIQUE DE L’ENFANT A BANGUI

Sepou Yanza MCA1,2, Kosh Komba PJE1,2, Guenefio AJT1, Houndjahoue GF1,4, Gaspiet SV1, Gody JC1,2.

1. Complexe Pédiatrique de Bangui, République Centrafricaine
2. Faculté des Sciences de la Santé de l’Université de Bangui
3. Laboratoire National de Biologie Clinique et de Santé Publique
4. Médecins avec l’Afrique CUAMM International NGO

Auteur correspondant : Marie Christine Awa Sépou Yanza1,2, CHU Pédiatrique de Bangui ; Bangui Centrafrique,
Téléphone : +236 75505886. E-mail : sepouyanzamarie@yahoo.fr

 

Résumé

Objectif : Déterminer les aspects, épidémiologiques, cliniques et évolutifs du syndrome néphrotique idiopathique (SNI) de l’enfant à Bangui.
Patients et méthodes : Il s’agissait d’une étude rétrospective, descriptive et analytique réalisée au Centre hospitalier universitaire pédiatrique de Bangui (CHUPB) de janvier 2018 à décembre 2019. Ont été inclus tous les dossiers des patients âgés de 24 à 180 mois présentant un tableau de SNI.
Résultats : Trente (30) cas de SNI étaient colligés soit une prévalence hospitalière de 0,1%. L’âge moyen était de 89 mois. Le sex-ratio était de 3,3. La majorité des patients provenait de la ville de Bangui 66,2%. Le syndrome néphrotique était pur chez 70,0% des patients. Les oedèmes étaient présents chez tous les patients, le type anasarque prédominait (76,7%). La protéinurie moyenne était de 133,31±59,00 mg/kg/24heures, la protidémie moyenne 38,63±8,60 g/L et l’albuminémie moyenne 11,87 g/L. Les troubles ioniques n’étaient pas constants. Tous les patients avaient reçu une corticothérapie à base de prednisone. La corticosensibilité était observée chez 80% des patients et la corticorésistance chez 20%. Les autres immunosuppresseurs (cyclophosphamide) étaient utilisés chez 3,33%. Aucune ponction biopsie rénale n’était réalisée. Un tiers des patients a présenté des complications.
Conclusion : Le syndrome néphrotique pur prédomine et se révèle fréquemment par l’anasarque. Nécessité de renforcer les capacités du personnel de santé en termes de diagnostic et de suivi. Sensibiliser les populations pour une consultation précoce et une meilleure observance thérapeutique.

Mot clés : Syndrome néphrotique idiopathique, épidémiologie, évolution, CHUP Bangui.

Lire la suiteASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES, CLINIQUES ET EVOLUTIFS DU SYNDROME NEPHROTIQUE IDIOPATHIQUE DE L’ENFANT A BANGUI

CORPS ETRANGERS PHARYNGO-OESOPHAGIENS CHEZ L’ADULTE : ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES ET DIAGNOSTIQUES A L’HOPITAL D’INSTRUCTION DES ARMEES OMAR BONGO ONDIMBA.

Lekassa P, Haylaji ND, Manfoumbi Ngoma AB, Atsame Gonzalves A, Miloundja J, Nzouba L.

Auteur correspondant: LEKASSA Pierrette ; Email: lekassapierrette@yahoo.fr

 

Résumé

Introduction : L’ingestion de corps étrangers est un accident fréquemment rencontré aux urgences. Cette situation rare chez l’adulte, peut avoir des complications graves.
Objectif: Décrire les aspects épidémiologiques et diagnostiques des corps étrangers pharyngo-oesophagiens chez l’adulte.
Matériels et méthode: Il s’agissait d’une étude rétrospective à visée descriptive menée dans le service d’ORL et CCF de l’HIAOBO, portant sur 66 dossiers médicaux des patients hospitalisés pour ingestion d’un corps étranger en 12 ans allant de janvier 2006 à décembre 2017.
Résultats: L’étude concernait 66 patients dont32 hommes (48,5%) et 34 femmes (51,5%) soit un ratio de (F/H) de 1,06. L’âge moyen était de 41ans avec des extrêmes de 19 et 77 ans. Les signes fonctionnels étaient l’odynophagie (60,6%), l’hypersialorrhée (42,4%), la dysphagie (36,3%), la douleur cervicale (34,8%), et la gêne pharyngée (30,3%). La nature des corps étrangers était d’origine alimentaire dans 62%et concernait les prothèses dentaires dans 27% des cas. La radiographie standard montrait une image radio opaque dans 50% des cas et la nasofibroscopie mettait en évidence un corps étranger au niveau du pharynx dans 33% des cas. Les complications étaient des ulcérations de la muqueuse dans 22 cas (33%). et un pneumothorax dans 1 cas (1,5%).
Conclusion: L’ingestion des corps étrangers chez l’adulte peut entrainer des complications graves

Mots clés: corps étranger pharyngo-oesophagien, adulte, rare, complications

Lire la suiteCORPS ETRANGERS PHARYNGO-OESOPHAGIENS CHEZ L’ADULTE : ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES ET DIAGNOSTIQUES A L’HOPITAL D’INSTRUCTION DES ARMEES OMAR BONGO ONDIMBA.