LEUCEMIE/LYMPHOME T DE L’ADULTE HTLV 1+, UNE REALITE AU GABON

Igala M1, Ledaga LE1, Kouegnigan Rérambhia L2, Ntsame Ngoua S1, Ntoutoume Sima F3, Biye Cheme S1, Diop Lacombe Lamine S4, Iba Ba J1, Boguikoumba JB1.

1- Service de Médecine Interne CHU Libreville
2- Laboratoire d’hématologie, CHU Libreville
3- Laboratoire d’anatomie pathologie, CHU Libreville
4- Institut d’oncologie, HIAA Akanda

Auteur correspondant: Igala Marielle, Service de Médecine interne, CHU Libreville – Gabon;
tel:00241.05.32.64.80; e-mail : marieligalase@yahoo.fr

Résumé

Introduction: Le human T cell leukemia/ lymphoma virus type 1 ou HTLV1 est un oncovirus décrit chez l’homme en 1980. Il est responsable de deux principales affections: la paraplégie spastique tropicale et la leucémie/lymphome T de l’adulte (ATLL). Au Gabon le virus est connu depuis les années 1980. Sa prévalence chez l’adulte est estimée à environ 5 à 7,1% dans la population urbaine et 10% dans la population rurale.

Objectif: Rapporter, plus de 25 ans après les premières publications trois observations de leucémie/lymphome T de l’adulte HTLV1+, chez des sujets de nationalité gabonaise dont les manifestations cliniques et biologiques reprenaient trois des sous types de la maladie.

Patients et methods: Trois patients tous originaires du sud-est du pays ont été hospitalisés pour une fièvre avec hyperleucocytose pour le premier, des lésions cutanées pour le deuxième et de l’association hyperleucocytose lésions maculo-papuleuses pour le dernier.

Résultats: Les investigations cliniques et biologiques ont permis de conclure à la forme leucémie aiguë avec lésions cutanées et hypercalcémie paranéoplasique, la forme chronique et au sous type lymphomateux.

Conclusion: L’ATLL est une hémopathie maligne de gravité variable due à l’HTLV1, virus endémique au Gabon à rechercher systématiquement devant les lympho-proliférations T.

Mots clés: Leucémie/lymphome T de l’adulte, Human T cell leukemia/lymphoma, Gabon

Lire la suiteLEUCEMIE/LYMPHOME T DE L’ADULTE HTLV 1+, UNE REALITE AU GABON

OPHTALMIE SYMPATHIQUE: A PROPOS DE DEUX CAS

Napo A1,3*, Assoumou P2, Mba Aki T2, Guirou N1, Sidibe M3, Conare I3, Wolf B3, MAuget Faysse M3, Le Mer Y3.

1: Institut d’Ophtalmologique Tropicale de l’Afrique
2: Département d’ophtalmologie, Faculté de Médecine, Université des Sciences de la Santé, Gabon
3. Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild

Auteur correspondant: NAPO Abdoulaye; Institut d’Ophtalmologie Tropicale de l’Afrique
Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild; Service du Professeur José Alain SAHEL
25-29, rue Manin;75019-PARIS; E-mail : napoabdoulaye48@yahoo.fr

Résumé

Introduction: L’ophtalmie sympathique est caractérisée par une panuvéite granulomateuse bilatérale survenant dans les suites d’une chirurgie itérative ou d’un traumatisme oculaire. Nous rapportons deux cas d’ophtalmie sympathique dans un centre tertiaire.

Patients et méthodes: Tous les patients ont bénéficié d’un examen ophtalmologique complet, d’une échographie oculaire bidimensionnelle et d’une Tomographie en cohérence optique (OCT). Le bilan étiologique consistait à f a i r e des examens biologiques, un audiogramme et un s c a n n e r sur indication du service médecine interne. Le diagnostic de l’ophtalmie sympathique fût évoqué devant u ne bonne récupération et stabilisation clinique du patient sous bolus de corticostéroïdes en 10 jours de traitement.
Cas 1: Patiente caucasienne de 60 ans, qui a consulté pour une baisse d’acuité visuelle des deux yeux. L’examen ophtalmologique complet avait mis en évidence des signes d’une panuvéite bilatérale après une triple chirurgie vitréo- rétinienne des deux yeux associant des tâches blanches auto fluorescentes en ophtalmoscopie directe. Le diagnostic d’ophtalmie sympathique fût suspecté devant les images de l’OCT et conforté après amélioration sous corticothérapie.
Cas2 : Patient mélanoderme de 56 ans, qui avait consulté aux urgences pour une baisse de l’acuité visuelle des deux yeux après une phacoémulsification à l’oeil gauche et une double trabéculectomie à l’oeil droit. Le diagnostic d’ophtalmie sympathique a été évoqué devant l’aspect clinique caractéristique et une réponse favorable aux corticoïdes.

Discussion: La survenue d’une panuvéite granulomateuse bilatérale après une chirurgie oculaire et la réponse favorable après une corticothérapie sont des éléments en faveur du diagnostic d’ophtalmie sympathique qui reste un diagnostic d’élimination.

Conclusion: L’ophtalmie sympathique est une étiologie rare d’uvéite granulomateuse bilatérale et difficile à gérer par l’ophtalmologiste. Son pronostic est meilleur après une prise en charge précoce par anti-inflammatoires et/ou par immunosuppresseurs.

Mots clés: Ophtalmie sympathique, uvéite, corticoïdes et immunosuppresseurs

Lire la suiteOPHTALMIE SYMPATHIQUE: A PROPOS DE DEUX CAS

PREVALENCE DE L’EPILEPSIE VASCULAIRE AU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE

Camara IA, Diouf Mbourou N, Leukeng Tamgoua PL, Nyangui Mapaga J, Gnigone PM, Nsounda Mandzela A, Ndao Eteno M, Moubeka Mounguengui M, Kouna Ndouongo Ph.

Service de Neurologie du CHU de Libreville, BP: 2228-Libreville/ Gabon

Correspondent: CAMARA Ibrahima Aïssata, Email: ibrahaissata@yahoo.fr ; Tel: (00241) 04682950

Résumé

Introduction: L’accident vasculaire cérébral constitue la cause la plus fréquente d’épilepsie du sujet âgé. En Afrique sub-saharienne, très peu de travaux ont été réalisés sur l’épilepsie vasculaire notamment au Gabon.
Patients et Méthodes: Il s’agissait d’une étude rétrospective à visée descriptive et analytique qui s’est déroulée du 1er janvier 2012 au 1er janvier 2016. Ont été inclus dans cette étude les patients ayant présenté au moins une crise convulsive dans les suites d’un AVC. Les patients victimes d’accident ischémique transitoire ou connue épileptique avant l’AVC ont été exclues. Le diagnostic d’épilepsie vasculaire reposait sur la survenue de crise d’épilepsie au moins 14 jours après la constitution d’un AVC, en relation avec la lésion vasculaire.
Résultats: Dans cette étude, 440 patients ont été pris en charge pour AVC parmi lesquels 40 patients présentaient une épilepsie vasculaire soit une prévalence de 9,1%. On notait une prédominance masculine et les crises étaient focales dans 55%. Les anomalies à l’EEG étaient dominées par les pointes lentes (55%) et l’ischémique cérébrale constituait la lésion la plus fréquente soit 52,5 %.
Discussion: Les lésions vasculaires cérébrales exposent à un risque accru de crise épileptique et d’épilepsie. Elles sont en cause dans au moins un tiers des épilepsies après 60 ans et représentent ainsi la cause la plus fréquente d’épilepsie dans cette tranche d’âge.
Conclusion: Il ressort de cette étude que l’épilepsie vasculaire est de prévalence non négligeable. La nature des lésions et la localisation corticale sont fortement associées à la survenue des crises.

Mots clés: Epilepsie, AVC, Libreville

Lire la suitePREVALENCE DE L’EPILEPSIE VASCULAIRE AU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE

MORBIDITE ET MORTALITE PEDIATRIQUES EN UNITE DE SOINS INTENSIFS (USI) DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE: ETUDE RETROSPECTIVE SUR 4 ANS

Essola L1, Mpira S1, Minko J2, Soami V1, Ngomas JF1, Sima Zué A1

1: Unité de Soins Intensifs, Centre Hospitalier Universitaire de Libreville
2: Service de Pédiatrie, de Néonatologie et de Réanimation Néonatale, Centre Hospitalier Universitaire de Libreville

Auteur correspondant: Essola Laurence; B.P: 7919, Libreville/Gabon; e-mail : laurenceessola@yahoo.fr

 

Résumé

Objectif: les affections médicales graves ou des interventions chirurgicales majeures chez les enfants peuvent nécessiter des admissions en réanimations. Le but de ce travail était d’évaluer la morbidité et la mortalité pédiatriques en unité de soins intensifs
Matériels et méthode: il s’agissait d’une étude rétrospective, descriptive et analytique réalisée sur 4 ans de janvier 2012 à décembre 2015. Etaient inclus les enfants de 1 mois à 16 ans ayant une durée d’hospitalisation supérieure ou égale à 24 heures. Les variables étudiées étaient les données sociodémographiques, cliniques, paracliniques et évolutives.
Résultats: durant la période d’étude, 229 enfants ont été admis en USI, soit 16,1% des admissions. 218 enfants (15,4%) ont répondu aux critères d’inclusion. La population féminine représentait 52,1% de l’effectif. L’âge moyen était de 90,6±68,1 mois. 13 patients (5,9%) étaient homozygotes SS et polytransfusés. Les motifs d’admission étaient l’altération de l’état de conscience associée ou non à une fièvre, la surveillance postopératoire et la détresse respiratoire aiguë dans 25,6%, 23,7% et 17,8% des cas respectivement. Les principales pathologies retenues étaient le paludisme grave (10,1%), les bronchopneumopathies (9,2%) et les méningites et méningoencéphalites (7,8%). Les pathologies maternelles graves représentaient 13,7% des admissions. La durée moyenne du séjour était de 5,2 jours avec des extrêmes de 1 jour et 46 jours. La mortalité était de 27,5%. Les facteurs de mauvais pronostic étaient la ventilation mécanique (p=0,00), les méningites et les méningo-encéphalites.
Conclusion: Les pathologies infectieuses constituent les principales causes d’admission en USI des patients d’âge pédiatrique. La connaissance d’informations pertinentes sur les principales causes de référence et de décès devrait permettre une meilleure orientation des stratégies de prévention et de prise en charge de ces patients dans notre unité.

Mots-clés: Enfant, Paludisme grave, Bronchopneumopathies, Mortalité, USI

Lire la suiteMORBIDITE ET MORTALITE PEDIATRIQUES EN UNITE DE SOINS INTENSIFS (USI) DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE LIBREVILLE: ETUDE RETROSPECTIVE SUR 4 ANS