SEXUALITE PENDANT LA GROSSESSE CHEZ LA FEMME GABONAISE

Bang Ntamack JA¹³, Sima Ole B¹³, Mayi Tsonga S³, Peuwo Zefack AP², Meye JF¹³

1 –Service de Gynécologie obstétrique .Centre Hospitalier et Universitaire d’Angondje. Libreville
2- Service de Gynécologie obstétrique. Centre Hospitalier et Universitaire de Libreville
3- Département de Gynécologie obstétrique. Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé de Libreville. Gabon

Correspondance : Dr Bang Ntamack Jacques Albert
BP : 4816 Libreville, Gabon
Adresse e-mail : bangntamack@yahoo.com

 

RESUME

Introduction : La sexualité durant la grossesse est un sujet peu abordé lors des consultations prénatales avec une restriction des rapports sexuels pendant cette période.
L’objectif de cette étude était d’analyser les connaissances et les pratiques sexuelles de la femme gabonaise pendant la grossesse.
Patientes et méthode : Etude transversale prospective qui s’est déroulée du 1ier décembre 2014 au 31 mai 2015 aux Centres Hospitaliers et Universitaires de Libreville et d’Angondje. Elle a porté sur 252 gestantes ayant accepté de répondre à notre questionnaire. Ce dernier était composé des aspects sociodémographiques des patientes, les notions sur des rapports sexuels et l’activité sexuelle pendant la grossesse.
Résultats : Nous avons retenu 252 gestantes soit 4,7% de l’ensemble des patientes reçues en consultation prénatale. La majorité (82,1%) était chrétienne avec une parité moyenne de 2(extrêmes 0 et 9). Nous avons noté que 95,2% des gestantes ont pensé qu’il était possible d’avoir des rapports sexuels pendant la grossesse et 34,9% ont estimé qu’ils facilitaient l’accouchement par voie basse. Cependant, 25% des patientes ont trouvé que l’acte sexuel pendant la grossesse pouvait entrainer une fausse couche. Nous avons relevé que 36,9% des gestantes ont été informées sur la sexualité pendant la grossesse par un personnel médical et 57,9% ont signalé une baisse de la libido.
Conclusion : La sexualité chez la femme enceinte est une réalité au Gabon. Cependant, nous notons une limitation de certaines pratiques sexuelles liée au risque de fausse couche. Les gestantes sont peu informées sur la sexualité pendant la grossesse.

Mots clés : sexualité, grossesse.

ABSTRACT

Introduction: The sexuality during pregnancy is a topic not well known within antenatal consult with the limited sexual intercourses in that period.
The objective of this study was to analyze the knowledges and sexual practices of Gabonese women during pregnancy.
Patients and method: Prospective cross-sectional study which spanned from December 1st, 2014 to May 31st, 2015 in the Angondjé and Libreville Teaching Hospital Centers. It focused on 252 pregnant having accepted to answer our questionnaire. This one contained the sociodemographic aspects of patients, the basic knowledges for sexual intercourse and sexual activities during pregnancy.
Results: We have retained 252 pregnant women say 4.7% of all patients received in prenatal consultation. The majority (82.1%) were Christian with an average parity of 2 (extreme 0 and 9). We noted that 95.2% of the pregnant women thought that it was possible to have intercourse during pregnancy and 34.9% felt that it facilitated the vaginal delivery. However, 25% of patients have found that sex during pregnancy could cause a miscarriage. We noted that 36.9 percent of the women were informed about sex during pregnancy by medical personnel and 57.9% reported a decline in libido.
Conclusion: Sexuality in pregnant women is a reality in Gabon. However, we note a limitation of certain sexual practices linked to the risk of miscarriage. The pregnant women are little informed about sex during pregnancy.

Keywords: sexuality, pregnancy.

 

INTRODUCTION

La grossesse, issue d’une procréation qui elle même est liée de façon naturelle à la sexualité, constitue une période spéciale dans la vie d’une femme. En effet, elle est souvent associée à des changements hormonaux, physiques et psychologiques [1,2]. Ces modifications, associées aux influences culturelles et sociales peuvent parfois affecter la sexualité de la gestante voire menacer l’harmonie du couple [1-5].

La sexualité pendant la grossesse relève de l’intime et est rarement abordée au cours des consultations prénatales [6,7]. Les couples, surtout lors de la première grossesse, attendent pourtant davantage de conseils sexuels [6-8].
La rareté des données bibliographiques sur la sexualité pendant la grossesse au Gabon nous a incités à faire une analyse des connaissances et des pratiques sexuelles de la gestante gabonaise.

 

PATIENTES ET METHODE

Il s’agit d’une étude transversale prospective de type connaissance, attitude pratique, volontaire et anonyme allant du 1er décembre 2014 au 31 mai 2015.
Elle a eu pour cadres les départements de gynécologie obstétrique des centres hospitaliers universitaires
de Libreville (CHUL) et d’Angondje (CHUA). Ont été retenues dans cette étude, toutes les femmes porteuses d’une grossesse normale, unique à plus de 28 semaines d’aménorrhée, ayant accepté de répondre à notre questionnaire et ayant eu l’assurance du caractère confidentiel des réponses données.
Le recueil des données s’est fait à l’aide d’un questionnaire. Ce dernier était soumis aux gestantes après leur consentement. Elles étaient informées sur l’aspect confidentiel et anonyme de l’étude. Les questions portaient sur les aspects sociodémographiques (âge, religion, niveau d’instruction, statut marital), les notions sur les rapports sexuels pendant la grossesse (possibilités d’avoir des rapports sexuels, raisons pour avoir des rapports sexuels, conséquences possibles des rapports sexuels sur la grossesse, source d’information) et l’activité sexuelle pendant la grossesse (désir sexuel, rapports sexuels avec pénétration vaginale ou non, fréquence hebdomadaire des rapports sexuels, initiateur des rapports sexuels).

L’exploitation des données a été faite à l’aide du logiciel Epi Info 3.5.3. Les variables quantitatives ont été exprimées en moyenne plus ou moins écart type et variables qualitatives en pourcentage. Ces variables ont été exploitées, comparées et exprimées sous forme de tableaux. La différence a été significative pour un P-value inférieur à 5%.

 

RESULTATS

Sur le plan sociodémographique (tableau I), Nous avons reçu 5372 patientes en consultation prénatale
pendant notre période d’étude.

Parmi elles, 252 ont été colligées, soit une fréquence de 4,7%. L’âge moyen des patientes était de 26± 6 ans avec des extrêmes à 16 et 44 ans. La tranche d’âge de 25 – 29 ans était la plus représentée. 82,1% de ces femmes étaient chrétiennes, contre 7,2% de musulmannes et 10,7% d’autres religions. 63% de ces femmes avaient un niveau d’étude secondaire, et 21% étaient arrivées au niveau supérieur. 52% des femmes vivaient en concubinage, 37% étaient célibataires contre 11% de femmes mariées. La parité moyenne était de 2±1 avec des extrêmes à 0 et 9.

Tableau I : répartition des patientes selon les aspects sociodémographiques

Données sociodémographiquesEffectif(n)%
Age (ans)
≤ 19
20-24
25-29
30-34
35-39
≥40
38
68
72
43
21
10
15,1
27
28,6
17,1
8,3
4
Religion
Chrétienne
Musulmane
Autres
207
18
27
82,1
7,2
10,7
Niveau d’instruction
Non scolarisée
Primaire
Secondaire
Supérieur
10
30
159
53
4
12
63
21
Statut matrimonial
Concubinage
Célibataire
Mariée
131
93
28
52
37
11
Parité
0
1
2
3
≥4
62
64
60
38
28
24,6
25,4
23,8
15,1
11,1

A la question de savoir s’il était possible d’avoir des rapports sexuels pendant la grossesse, 240(95,2%) gestantes ont répondu oui. La principale raison évoquée était de faciliter l’accouchement (34,9%). Pour 63(25%) de nos patientes, les contacts sexuels pendant la grossesse pouvaient entrainer une fausse couche et 93(36,9%) ont été informées par le personnel de santé sur la sexualité pendant la grossesse, tableau II.

Tableau II : répartition des patientes selon les notions sur les rapports sexuels (RS)

Notions sur les rapports sexuelsEffectif(n) %
Possibilité d’avoir des RS
Oui
Non
Ne sait pas
240
10
2
95,2
4
0,8
Raisons pour avoir des RS
Faciliter l’accouchement
Plaisir commun
Plaisir personnel
Plaisir du conjoint
Eviter les infidélités
Autres
88
71
15
33
40
5
34,9
28,1
6
13,1
15,9
2
Conséquences possibles des RS sur la grossesse
Fausses couches
Infection
Métrorragies
Infection et métrorragies
Métrorragies et fausse couche
Autres
63
60
53
23
15
38
25
23,8
21
9,1
6
15,1
Sources d’information
Personnel de santé
Autres
93
159
36,9
63,1

La fréquence des rapports sexuels et l’évolution du désir sexuel pendant la grossesse sont présentées dans le tableau III. Ainsi, 113 (44,8%) patientes avaient 2 rapports sexuels par semaine et 146 (57,9%) ont signalé une baisse du désir sexuel.

Tableau III : Répartition des patientes selon l’activité sexuelle

 Effectif(n) %
RS avec pénétration vaginale
Oui
Non
210
42
83,3
16,7
Fréquence hebdomadaire des RS
≤1
2
3
≥4
83
113
54
2
33
44,8
21,4
0,8
Désir sexuel
Augmenté
Inchangé
Diminué
69
37
146
27,4
14,7
57,9
RS : rapports sexuels

Dans le tableau IV, nous avons montré l’évolution du désir sexuel par rapport à la période de la grossesse. Il ressortait que le désir d’avoir des rapports sexuels diminuait progressivement av l’évolution de la grossesse. Ce désir était augmenté au premier trimestre chez 60,9% des femmes. Ce chiffre n’était plus que 4,3% au dernier trimestre de la grossesse. Cette évolution était statistiquement significative (p=0,006).

Tableau IV : évolution du désir sexuel en fonction de la période de la grossesse

Evolution du désir sexuel  Période de la grossesse 
1ier trimestre (%)2e trimestre (%)3e trimestre (%)
Augmenté (n=69)
Inchangé (n=37)
Diminué (n=146)
42 (60,9)
26 (70,3)
10 (6,9)
24 (34,8)
10 (27)
13 (8,9)
3 (4,3)
1 (2,7)
123 (84,2)

 

DISCUSSION

Pendant notre période d’étude, 5372 patientes ont été reçues en consultation prénatale et 252 ont été retenues dans notre série soit une fréquence de 4,7%. La majorité de ces patientes (82,1%) étaient de religion chrétienne. Cette répartition des patientes est proche de celles de Pauleta et al et Kouakou et al qui rapportent respectivement 84% et 64,5% de chrétiennes [1,8].
Il ressort dans notre série que 95,2% des patientes pensent qu’il est possible d’avoir des rapports sexuels pendant la grossesse. De nombreuses données de la littérature ont fait le même constat [6,8-12]. Cela démontre une évolution favorable des mentalités en matière de sexualité pendant la grossesse. En effet, la plupart des civilisations ont prohibé l’acte sexuel chez la femme enceinte [4,13].
Les principales causes évoquées pour avoir des rapports sexuels pendant la grossesse étaient de « faciliter l’accouchement » (34,9%) et le « plaisir commun » (28%). Ces données corroborent avec celles de Kouakou et al, Orji et al et Dao et al [8-10]. Par contre, dans les travaux de Naim et al qui portaient sur 150 gestantes, la motivation majeure de l’acte sexuel était de « faire plaisir au conjoint » (65%) [11].
Pour nos gestantes, avoir des rapports sexuels pendant la grossesse pouvait entrainer un certain nombre de conséquences. Ainsi, 25% d’entre elles ont évoqué le risque de fausse couche et 24%, la peur d’avoir une infection. Ces mêmes craintes sont notifiées dans de nombreux travaux [3,6,8-14]. A ce jour, il n’a pas encore été démontré de relation entre le risque de fausse couche et rapports sexuels d’une part et infection et rapports sexuels pendant la grossesse d’autre part [15]. Toutefois, il est à noter dans les travaux de Mc Laren et al [16], le rôle du dosage de la fibronectine foetale après les rapports sexuels pendant la grossesse dans la prédiction de la menace d’accouchement prématuré. Plusieurs auteurs évoquent également le risque de « faire mal au foetus » lors des contacts sexuels pendant la grossesse [3,6,7,10,12,17]. Cela n’a pas été le cas dans notre série. Cependant, dans certaines cultures gabonaises, il est signalé une « transmission » des signes sympathiques de grossesse (nausées, fatigue, vomissements, anorexie…) de la gestante au conjoint si elle l’enjambe ou se met sur lui.
La principale source d’information de nos patientes sur la sexualité pendant la grossesse provenait des recherches personnelles et du voisinage (63,1%). Nous notons, comme plusieurs auteurs [12,18-19], une faible implication du personnel médical dans ce domaine. La sexualité et la grossesse sont liées, l’une étant à l’origine de l’autre. Il est souvent difficile d’aborder ce sujet lors des consultations car il semble impliqué dans la vie privée du couple. Cependant, le manque de connaissances anatomiques de la gestante devrait davantage inciter le personnel médical à conseiller le couple pour éviter des erreurs et des inquiétudes. En effet, ces échanges pourraient permettre au couple de traverser avec assurance et sérénité cette période [6,12].
Nous relevons dans notre échantillon une baisse graduelle du désir sexuel et de la fréquence des contacts sexuels pendant la grossesse. Cela rejoint la plupart des données de la littérature [1,2,4,8,10-12,20]. Comme l’ont souligné Pauleta et al [1], nous remarquons une corrélation significative entre le désir sexuel pendant la grossesse et le terme de celle-ci. Ainsi, le désir sexuel semble inversement proportionnel à l’évolution de la grossesse. Néanmoins, certains travaux [7,21] signalent une baisse du plaisir sexuel au premier trimestre, puis son augmentation au deuxième. Dans ces études, les principales raisons évoquées étaient une augmentation des pulsions sexuelles et un développement des fantasmes liés au risque de ne pas avoir une nouvelle grossesse.

 

CONCLUSION

A l’issue de notre travail qui porte sur la sexualité pendant la grossesse, nous relevons que l’activité sexuelle demeure pendant la grossesse avec néanmoins une régression graduelle de celle-ci et une crainte de provoquer une fausse couche. Il ressort un déficit d’information de la part du personnel de santé. Cependant, l’harmonie du couple est préservée.

 

CONFLITS D’INTERET

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d’intérêt.

REFERENCES

1- Pauleta JR, Pereire NM, Graca LM. Sexuality during pregnancy. J Sex Med 2010;7(1Pt 1):136-42.
2- Von Sydow KV. Sexuality during pregnancy and after childbirth: A meta- content analysis of 59 studies. J Psychosom Res 1999;47(1):27-9.
3- Serati M, Salvatore S, Siesto G, et al. Female sexual function during pregnancy and after childbirth. J Sex Med 2010;7(8):2782-90.
4- Lui HL, Hsu P, Chen KH. Sexual activity during pregnancy in Taiwan: a qualitative study. Sex Med 2013;1(2):54-61.
5- Stuckey BGA. Female sexual function and dysfunction in the reproductive years: The influence of endogenous and exogenous sex hormones. J Sex Med 2008;5(10):2282-90.
6- Lobna Aribi, Asma Ben Houidi, Rim Masmoudi et al. Female sexuality during pregnancy and postpartum: A study of 80 tunisian women. La tunisie Medicale 2012;90(012):873-77.
7- Reichenbach S, Alla F, LorsonJ. Le comportement sexuel masculin pendant la grossesse: une étude pilote portant sur 72 hommes. Sexologies 2001;XI (42):1-8.
8- Kouakou KP, Doumbia Y, Djanhan LE, Ménin MM et al. Réalité de l’impact de la grossesse sur la sexualité. Résultats d’une enquête auprès de 200 gestantes ivoiriennes. J Gyn Obstet Biol Reprod 2011;40(1):36-41.
9- Dao B, Some A, Ouattara S, et al. Sexualité au cours de la grossesse: une enquête auprès des femmes enceintes en milieu ubain africain. Sexologies 2007 ; 16(2):138-43.
10- Orji EO, Ogunlola O, Fasubaa OB. Sexuality among pregnant women in South West Nigeria. J Obstet Gynaecol 2002;22(2):166-8.
11- Naim M, Bhutto E. Sexuality during pregnancy in pakistani women. J Pak Med Assoc 2000;50(1):38-44.
12- Chaabane K, Trigui K, Kebaili S, et al. Sexualité du couple lors de grossesse issue d’une procréation médicalement assistée. J Gyn Obstet Biol Reprod 2013;42(3):265-70.
13- Ip WY. Childbirth among Hong Kong Chinese. In: Selin H, editor. Childbirth across cultures: Ideas and practices of pregnancy, childbirth and the post-partum. New York: Springer; 2009, p 71-76.
14- Eryilmaz G, Ege E, Zincir H. Factors affecting sexual life during pregnancy in eastern Turkey. Gynecol Obstet Invest 2004;57(2):103-8.
15- Sayle AE, Savitz DA, Thorp Jr JM, et al. Sexual activity during late pregnancy and risk of preterm delivery. Obstet Gynecol 2001;97(2):283-9.
16- Mclaren JS, Hezelgrave NL, Ayubi H et al. Prediction of spontaneous preterm birth using quantitative fetal fibronectin after recent sexual intercourse. Am J Obstet Gynecol 2015;212(1):89.e1-5.
17- Senkumwong N, Chaovisitsaree S, Rugpao S, et al. The changes of sexuality in Thai women during pregnancy. J Med Assoc Thai 2006;89(4):S124-9.
18- Uwapusitanon W, Choobun T. Sexuality and sexual activity in pregnancy. J Med Assoc Thai 2004;87(3):S45-9.
19- Fok WY, Chan LY, Yuen PM. Sexual behavior and activity in Chinese pregnant women. Acta Obstet Gynecol Scand 2005;84(10):934-8.
20- Jamali S, Mosalanejad L. Sexual dysfunction in Iranian pregnant women. Iran J Reprod Med 2013;11(6):479-86.
21- Bogren L. Changes in sexuality in women and men during pregnancy. Arch Sex Behav 1991;20(1):35-45.